Renforcement de la coopération entre les secteurs de l’environnement et des transports

Les axes de transport nord-sud les plus importants d'Europe traversent l'arc alpin. Les Alpes sont un écosystème sensible, où il existe également un énorme potentiel de réduction des émissions de CO2. Dans ce contexte, la coopération entre les ministères de l'environnement et des transports des États alpins, ainsi qu'avec l'Union européenne, est très importante.

L'initiative « Alliance du Simplon » a vu le jour lors de la coïncidence des présidences suisses de la Conférence alpine et du « Suivi de Zurich » pour les années 2021-2022. La ministre suisse de l'environnement et des transports, Simonetta Sommaruga, a saisi cette occasion pour promouvoir la coopération entre ces deux domaines.

L'Alliance du Simplon a été lancée le 14 janvier 2022 avec une première conférence des ministres alpins de l'environnement et des transports et de la Commission européenne. L'objectif est d'encourager la coopération à l'échelle alpine entre les deux domaines grâce à un plan d'action commun.

La devise est « éviter-transférer-améliorer » : le plan vise à réduire les flux de transport où cela est possible, à transférer le trafic alpin de la route vers le rail, ainsi qu'à promouvoir des technologies sans émissions dans le transport routier et ferroviaire. Ces mesures doivent être mises en œuvre dans les trois principaux domaines du transport : le transport de marchandises à travers les Alpes, le transport de passagers transfrontalier et dans les Alpes, et la mobilité touristique dans les Alpes. À cet effet, l'Alliance du Simplon s'appuie sur des initiatives existantes, les combine avec l'aspect climatique comme préoccupation centrale et offre ainsi une plateforme d'échange pour des actions communes à l'échelle des Alpes.

La deuxième conférence ministérielle a eu lieu entre la Conférence alpine et la conférence de haut niveau du « Suivi de Zurich » le 27 octobre 2022 et le plan d'action devrait être adopté prochainement.

Alenka Smerkolj, secrétaire générale : « Le transport et l'environnement sont habituellement des domaines conflictuels, et je suis reconnaissante envers la Suisse d'avoir décidé de prendre le taureau par les cornes. L'effort en valait la peine : au terme des négociations et des compromis, et vingt ans après l'entrée en vigueur du protocole sur les transports, le plan d'action est un nouveau résultat dont nous pouvons être fiers. Nous savons quelle direction prendre pour aller de l'avant. »

X

We are using cookies.

We are using cookies on this web page. Some of them are required to run this page, some are useful to provide you the best web experience.