Le rapport du GIEC : un appel à l’action

La semaine dernière, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a envoyé au monde un message alarmant. Dans son dernier rapport spécial sur le changement climatique et les terres émergées, le GIEC alerte sur les pénuries alimentaires comme conséquence du réchauffement global. « Ce rapport adresse aux décideurs non seulement un signal d’alarme mais aussi un appel à l’action. Une action qui ne peut se définir que par la collaboration », selon la Secrétaire générale de la Convention alpine Alenka Smerkolj.

Le rapport du GIEC met en évidence le fait que les terres sont déjà soumises à une pression humaine grandissante et que le changement climatique accentue cette pression. Le Groupe de travail Protection des sols récemment établi par la Convention alpine reconnaît le rôle clef de sols en bonne santé, par exemple pour l’atténuation du changement climatique, la préservation de la biodiversité et la sécurité alimentaire. Ce groupe de travail vise à contribuer à l’objectif de « réduire les préjudices quantitatifs et qualitatifs causés au sol, notamment en utilisant des modes de production agricoles et sylvicoles ménageant les sols, en exploitant ceux-ci de façon mesurée, en freinant l'érosion ainsi qu'en limitant l'imperméabilisation des sols », comme stipulé à l’article 2(d) de la Convention alpine. Alenka Smerkolj : « Ce défi requiert une collaboration étroite de tous les partenaires et toutes les parties prenantes des Alpes – scientifiques, consommateurs, producteurs, agriculteurs et industriels – chacun doit s’impliquer ».

Dans le cadre de la Déclaration sur le changement climatique, le Comité consultatif sur le climat alpin a entamé un processus rigoureux sur les moyens pour la région alpine de surmonter les obstacles dans son combat contre le changement climatique, et quelles mesures pourraient contribuer à l’adaptation au changement climatique et son atténuation. Les premiers résultats de ce processus sont rassemblés dans la publication « Alpes neutres pour le climat et résilientes au changement climatique 2050 ». « Des partenariats transnationaux comme réponse rapide aux rapports tels que celui du GIEC sont une condition sine qua non pour la préservation des écosystèmes terrestres et un environnement de vie durable pour les générations à venir », conclue Alenka Smerkolj.

#Annonces#autres
Bulletin d'information
Nous utilisons des cookies pour vous fournir les meilleures informations possibles sur notre site internet. Si vous souhaitez continuer à utiliser ce site, veuillez accepter l'utilisation de cookies. Wir verwenden Cookies, um Sie auf unserer Webseite bestmöglich mit Informationen versorgen zu können. Wenn Sie diese Webseite weiterhin nutzen, akzeptieren Sie die Verwendung von Cookies.